Qui sommes-nous ?

"Les Enfants Adoptés De Roumanie" (L.E.A.D.R.) était une réunion de personnes bénévoles : nés en Roumanie et adoptés par des couples francophones, et des personnes sensibles aux questions de l'adoption internationale en Roumanie. De 2014 à 2015 LEADR a créé des espaces et des outils adressés aux adoptés d'origine roumaine pour faire entendre leur parole et pour contribuer à leurs recherches. Aujourd'hui le collectif a évolué en Association Française Orphelins de Roumanie (A.F.O.R.), association loi 1901, créé en septembre 2015 : www.orphelinsderoumanie.org

jeudi 26 juin 2014

FLORIN NICA : "Quand les étrangers venaient, on nous alignait tous devant eux, on leur disait "choisissez" et ils en prenaient un."



extrait d''un tableau 21013 de Florin Nica

Florin interviewé par 2 journalistes  


le 17 juin 2014 dans la grande Bibliothèque de la ville de Targoviste se tenait l'inauguration de l'exposition de tableaux de  Florin Nica.  Le potentiel de ce jeune  artiste, en complet décalage avec son vécu "d'orphelin"  a attiré un public nombreux et différents médias. Doîna Banescu, professeur de philosophie à déclaré : "Il est des êtres comme Florin Nica qui ont quelque chose de plus que nous, une grâce qui vient de l'âme"  
Doîna Banescu, David Anca, Florin Nica, Mihai Serbanescu et le directeur de la Bibliothèque Targoviste


 Florin est né en Septembre 1983 dans une famille Rom abîmée par une vie de misère. Il avait 2 ans quand son père a été envoyé en prison pour de longues années. La mère trop fragile, le confie alors a l'orphelinat. 

Il a grandi  à l'orphelinat jusqu'à sa majorité et m'a confié quelques souvenirs :

"En 1991 des couples d'étrangers ont commencé à venir  à l'orphelinat. J'avais 8 ans. Les nourrices nous alignaient tous côte à côte  puis elles disaient  aux étrangers "Choisissez"  et ils en prenaient un.  Je rêvais qu'on me prenne mais je n'ai jamais été choisi."

"Un   couple Roumain  avait eu la gentillesse  de m'emmener  quelques jours  chez lui pour que je puisse   fêter Noël dans une famille. Cela a été pour moi une expérience merveilleuse et je remercie ces gens de m'avoir fait connaitre ça.  Ils avaient déjà un enfant et  je me doutais bien qu'ils ne pourraient pas m'adopter. Je les ai revus 2 ou 3 fois de façon espacée. Quand j'ai appris que leur fils n'était  pas un enfant biologique, ça m'a fait mal. Pourquoi c'était toujours les autres qu'on adoptait et pas moi? "



Les "orphelins" étaient scolarisés avec les autres enfants de la ville. La première fois que la mère de Florin est venu le voir, c'était à son école  car l'orphelinat se trouvait trop loin pour qu'elle puisse s'y rendre à pieds. 
 "j'avais 6 ans. Elle était venue avec son compagnon  et leur fille, ma demi-sœur. En voyant que  ma famille était Tzigane,  tous les enfants de l'école se sont mis à m'insulter et à se moquer de moi. Cela m'a fait beaucoup de peine."   


"A 8 ans on m'a fait quitter cette  école pour m'envoyer dans  une autre, spécialisée pour  enfants "attardés", généralement  issus d'un milieu social très défavorisés"  


Sa mère est revenue le voir 9 ans plus tard : "j'avais 15 ans. Je l'ai reconnue immédiatement.    Je lui ai reproché de ne pas être venu me voir plus tôt. Ses excuses ne me semblaient pas valables. J'étais  trop jeune et en  colère  pour mesurer combien cette femme était mentalement fragile et aussi détruite par l'alcool. Mon père venait de mourir en prison,  mais elle ne m'a rien dit. Je ne l'ai appris qu'à l'âge 21 ans.    " 


Florin présentait  des prédispositions pour le dessin  et l'orphelinat  a  fait en sorte  qu'il puisse suivre quelques  cours dans une école d'art de la ville. "Le professeur   Mihai Serbanescu à été pour moi, plus qu'un maître, il était comme un père et d'ailleurs parfois le mot m'échappe, je l'appelle "papa". 
Florin Nica et Mihai Serbanescu exposition du 17/06/14
A 18 ans c'est dur de quitter l'orphelinat et de se retrouver seul livré à sois-même.   Mihai Serbanescu, ce grand professeur dont les tableaux ont été exposés dans de nombreux pays a bien voulu continuer  à  me guider pour mes dessins."






Victor Nica et Nadine Delpech  chez Ulysse Anca O6/14
J'ai connu Florin en 2011. Il logeait dans les bâtiments de l'ancien pensionnat du Lycée de la ville.   Le directeur de l'établissement  avait permis  à 5 ou 6  jeunes adultes issus des orphelinats de loger en toute discrétion et gratuitement dans ces locaux inoccupés. Quelques arbustes les séparaient des élèves et professeurs qui ne regardent jamais de ce côté là du terrain. 2 univers si proches et qui s'ignorent.  Florin  avec  son petit Victor âgé alors de 3 ans occupait  2  chambres de 8 ou 9 mètres carré. Ils cuisinaient dehors sur un brasero installé dans le jardin devant la porte. Depuis an, la maman de Victor était partie "tenter sa chance" en Allemagne, les abandonnant tous deux sans plus donner de nouvelles...



Florin,  vivait misérablement mais pour rien au monde il ne se serait séparé de son fils.  Il n'avait pas trouvé d'autre travail que la récupération de bouteilles en plastique   qu'il revendait ensuite au poids à une usine. Habile dessinateur, l'été il améliorait beaucoup son ordinaire en vendant des portraits aux touristes de passage. A Noêl 2011, avec la vente  de ses tableaux, il avait offert un goûter et une petite fête aux enfants pauvres de son quartier. 
Ce qui est frappant c'est la façon remarquable dont ce jeune papa, de santé fragile,  se dévoue pour son petit Victor. Partout où il va, il l'emmène sur ses épaules, se privant parfois de manger  pour que Victor  ne souffre pas de leur condition et puisse avoir des petits jouets et des vêtements toujours corrects. Victor est heureux avec son papa. 
Sa région ne dispose pas d'association d'aide d'urgence or l'hiver dernier fût particulièrement  difficile pour Florin qui n'a pas pu vendre assez de tableaux. Victor venait d'entrer à l'école maternelle  ce qui lui assurait au moins quotidiennement un bon repas   et un goûter. 
Victor Emmanuel Nica 17/06/14
Et puis il y a eu  ce jour de trop où   le petit Victor est sorti de l'école en retirant discrètement  de sa poche quelque-chose qu'il a tendu à son père, lui disant  : "Tiens papa, j'ai fait semblant de manger mon goûter et je l'ai caché dans ma poche. C'est pour toi!  Moi à midi j'ai bien mangé, toi cela fait plusieurs jours que tu n'as plus rien à manger "  Ce geste a bouleversé Florin, l'amenant  à faire fi de son amour-propre pour en appeler à l'aide  d'un journaliste qui avait déjà publié  un article  sur son talent  d'artiste.  
 Dans le journal le journaliste rapporte les propos de Florin : "Je suis un artiste qui  n'arrive ni à vivre de son travail ni à trouver un autre emploi. Est-ce à un petit garçon de 5 ans de nourrir son père ? On vit dans un monde à l'envers.  Est-ce normal que malgré tous ses efforts  un père ne puisse garantir un bon  avenir à mon enfant?  Je ne veux pas qu'on me fasse l’aumône , je demande juste à trouver un travail.

Ce n'est pas un employeur que Florin a trouvé, mais des encouragements venus de toutes parts à commencer par ceux de  son  Maître Mihai Serbanescu. 
 Une famille de 12 enfants, disposant  d'une grande et confortable maison, a spontanément proposé  à Florin et Victor de venir partager leur foyer pendant quelques mois. Ulysse Anca et son épouse  m'ont reçue chez eux et j'ai été impressionnée par tout ce que ce couple et leurs beaux enfants bien élevés dégagent  de positif. Cette famille  exceptionnelle  est d'origine Rom. 
Victor avec Ulysse Anca   

5 mois plus tard, le 17 juin 2014, jour de l'anniversaire de Victor, Florin inaugurait son exposition à la bibliothèque de Targoviste. 



Victor souffle ses 6 bougies le jour choisi par son père pour le   vernissage 









Voir Reportage TV : http://www.columnatv.ro/tv/speranta-unui-artist/









Un tableau réalisé par Victor. les 3 personnages représentent : en premier plan son papa, puis lui-même et derrière, le petit garçon que sa maman a eu il y a 2 ans avec avec son nouveau compagnon.

Florin Nica, Danvid Anca, Nadine Delpech
Victor Emmanuel Nica






Texte  Nadine Delpech pour les adoptés de Roumanie.