Qui sommes-nous ?

"Les Enfants Adoptés De Roumanie" (L.E.A.D.R.) était une réunion de personnes bénévoles : nés en Roumanie et adoptés par des couples francophones, et des personnes sensibles aux questions de l'adoption internationale en Roumanie. De 2014 à 2015 LEADR a créé des espaces et des outils adressés aux adoptés d'origine roumaine pour faire entendre leur parole et pour contribuer à leurs recherches. Aujourd'hui le collectif a évolué en Association Française Orphelins de Roumanie (A.F.O.R.), association loi 1901, créé en septembre 2015 : www.orphelinsderoumanie.org

jeudi 19 mars 2015

Documentaire : Vidéogrammes d'une révolution




Vidéogrammes d'une révolution


Videogramme einer Revolution

Harun Farocki, Andrei Ujica,1992, 107’






««La main est là pour le toucher, 
mais le cinéma doit couler les perceptions de tous les sens dans celui de la vue» 
[Harun Farocki].
Les machines de perceptions convoquent nos croyances. 
C’est un art du démontage et du remontage».

Cyril Hugonnet et François Deck, 
In Machines de perception, cinéma & atelier public, 
2 au 4 mars 2009. (1)




Chute de Ceauşescu


Vidéogrammes d'une révolution a été réalisé par Harun Farocki et Andrei Ujica sur le mode de la réappropriation, à partir d'une centaine d'heures de séquences vidéo amateurs, d'images officielles roumaines et d'autres tournées par des journalistes étrangers. Ce documentaire retrace le renversement du conducator en 1989, illustrant la fin du pouvoir communiste par la prise des locaux de la télévision roumaine (televiziunea Româna - TVR) par les révolutionnaires. 



Extrait du site de la Bibliothèque public d'information


Les vidéogrammes débutent sur ces images qui semblent de prime abord amateur. Camera à l'épaule, voire subjective, on est témoin d'une scène où une personne blessée est prise en charge en urgence. On comprend que la camera tourne des images pour la télévision, la jeune femme roumaine tente de se reprendre car elle veut témoigner. Elle explique qu'elle est de Timişoara (une ville de l'ouest de la Roumanie, dans la région du Banat, județul Timiș), Rodica compte parmi les victimes de la Securitate (police politique secrète roumaine). Elle appelle à la lutte pour la révolution et le renversement de Ceauşescu au rythme des ballants de son visage. 

Ainsi, en face de cette première séquence, on ne peut s'empêcher de penser au "charniers de Timişoara", célèbre scandale médiatique où les médias occidentaux se sont engouffrés dans une surenchère du macabre en décembre 1989. 




Les charniers de Timişoara


Une révolte a éclatée dans la ville de Timisoara le 16 décembre 1989.  L'origine de ces manifestations était la protestation contre l'intention du gouvernement d'expulser le père Laszlo Tokes de la ville. Protestation qui s'est étendue à une critique du pouvoir en place. 

Pendant ce temps là en France le « 18 décembre 1989, Paris. Dans les rédactions de la Capitale, la rumeur courre : Il s’est passé quelque chose dans la ville roumaine de Timisoara. Des émeutes auraient éclatées. Mais le pays est fermé, et rien ne filtre. Il faut donc attendre. Et finalement, le 18 décembre, les premières infos arrivent. » (2) Or, jusqu'au 22 décembre, date de la chute du dictateur, le pays est fermé aux médias étrangers. Ainsi "le monopole des informations sur les événements en Roumanie appartient toujours exclusivement aux agences de presse yougoslave, hongroise, bulgare, est-allemande et soviétique" (3).  


Gina Stoicu, dans son ouvrage Comment comprendre l'Actualité : Communication et Mise en scène reprend l’enchaînement des événements à l'époque. C'est l'agence hongroise MTJ qui la première, le 17 décembre, parle d'une manifestation à Timisoara. Des heurts violents sont rapportés à la radio le 18. 
Le 19, la télévision hongroise fait mention de victimes : selon un "voyageur hongrois" il y aurait eu 300 à 400 morts.
Le lendemain, l'agence est-allemande ADN parle quant à elle de "3000 à 4000 morts" et le 22 décembre donne plus de précisions : il y aurait eu "4600 morts, 1800 blessés, 7000 condamnations et 13000 arrestations". Mais le soir même, c'est la radio hongroise qui parlera pour la première fois d'une fosse commune contenant 4630 cadavres selon un "témoin hongrois". (Fabrice Drouelle et Marc Sémo reprennent quant à eux le chiffre 4632) 

Les jours qui suivent les chiffres ne cesseront d'augmenter, ainsi que les qualificatifs employés pour désigner l'événement qui, de "charnier" deviendra successivement "boucherie", puis "massacre" jusqu'à faire de Timisoara une "ville martyre".  
Gina Stoicu explique que "Le 25 décembre, c'est Budapest qui évalue le bilan du génocide à 70000 morts et 300000 blessés.". Au delà des chiffres, on assiste à une surenchère dans le macabre : "Le 28 décembre, on apprend dans le Nouvel Observateur que des "bennes à ordures transportent d'innombrables cadavres vers des endroits secrets pour y être enterrés ou brûlés"." (3). 

Comme le rappelle le grand reporter Marc Sémo (2), ce n’est que qu’à partir du 22 janvier que les journalistes étrangers ont pu rentrés en Roumanie, après le départ du pouvoir en place. Ils ont été mené au cimetière voir les corps, qui étaient au nombre de 15. 
Selon ce dernier, ce vrai/faux charnier de Timisoara correspondait à la conjugaison entre ces images de télés, arrivées tout de suite, et les informations des journaux précédents (encore non démenties), sur ces milliers de morts. Marc Sémo précise : « Notre surprise a été de voir une ville à la fois en fête et triste : triste parce que la ville était sonnée, mais en même temps, ce n’était pas une ville où il y avait eut des milliers et des milliers de morts ». Il écrit : « J’étais parmi les premiers journalistes occidentaux à entrer dans la ville et ainsi j’ai été l’un des relais et des victimes de cet emballement médiatique. Bien malgré moi. Dans l’article envoyé à chaud à Libération, je racontais la fête triste d’une cité martyre enfin libérée mais toujours sous le choc et je n’y évoquais qu’en passant ces quelques morts du cimetière, convaincu qu’il y avait certes beaucoup de victimes mais qu’il ne s’agissait pas là du charnier que tout le monde cherchait. » (4)

Ce n'est que le 24 janvier qu'arrivera le véritable " électrochoc " lorsque trois médecins roumains démentirons les précédentes annonces en déclarant à la télévision allemande que "les images de cadavres mutilés résultent d'une mise en scène montée pour incriminer la Securitate [...] " (3).




Des images qui dénoncent moins qu'elles ne questionnent






Dans la première séquence qui s'illustre comme une sorte d'incipit, nous assistons à un cri d'alerte lancé par cette femme qui appelle les roumains à la révolte. 
A contrario, le sujet de la deuxième séquence du film semble beaucoup plus incertain. En effet, plus éloignées de leur sujet, ces images sont tournées à partir d'une fenêtre : au premier plan on ne voit qu'une succession d'immeubles et de lampadaires. A l'arrière plan, on distingue un mouvement, qu'on interprète comme une foule en déplacement grâce à la bande sonore. Une voix off nous situe l'action en nous rappelant les faits. 

Selon Adrien Genoudet, les réalisateurs utilisent "la figure de la fenêtre", comme cadre, "pour nous inviter à nous interroger sur notre point de vue dès lors que l'on se penche sur un événement". (5) Ce plan et ce commentaire nous invitent à nous positionner en tant que citoyen, comme ce personnage à sa fenêtre. 

On peut déceler cette "figure de la fenêtre" dès la première séquence, et ce à partir du cadre donné par la camera. La voix d'une personne hors-champ précise que Rodica Marcau est filmée par la télévision, et la jeune femme s'assure que le son et les images sont correctement captés. Ces détails nous font prendre conscience du contexte de captation et nous incluent en tant que téléspectateur.
Dès lors, ces images ne semblent pas seulement avoir vocation à susciter en nous de l'indignation et de l'empathie, mais bel et bien, à nous faire réfléchir sur l'image elle-même.

Cette réflexion est au cœur du travail des réalisateurs. En effet, le cinéaste roumain Andrei Ujica s’intéresse à la chute du communisme (par exemple Out of the présent traiter de la chute de l'URSS) et analyse dans son œuvre la relation entre le pouvoir politique et les médias à partir d'images préexistantes.

Quant au réalisateur allemand Harun Farocki, figure majeur du cinéma expérimental, il élabore une réflexion sur les dispositifs filmiques. Selon ce dernier, la révolution roumaine illustre une nouvelle forme d'écriture historique basée sur les médias (6).

Au fil du documentaire, les images se succèdent et nous donnent à voir des situations parfois violentes, parfois touchantes, voire même absurdes. Entre analyse et émotion, cette oeuvre  nous pousse résolument à nous positionner face à ces imagesAyant assisté à la diffusion de ce document successivement en France, puis en Roumanie, j'ai été très surprise par la différence des réactions lors de la diffusion. Les étudiants français ont été très silencieux, puis, lors du débat, ils se sont montrés sévères et critiques. A contrario, le public roumain fut très réactif lors des scènes comiques du documentaire, et ont beaucoup ri (7). Peut être que le rire de cette assistance témoigne d'une prise de distance avec des événements qui ont certainement été vécus de l'intérieur. Une forme de rire libérateur que de jeunes spectateurs étrangers doublement extérieurs, ne peuvent aborder qu'avec gravité.

Ce documentaire est devenu l'un des films incontournables sur la question des relations entre médias et images, ainsi que sur leur influence dans notre perception de l'Histoire. 
Ce basculement historique de la Roumanie s'est déroulé sous l’œil des médias, mais est associé à l'une des affaires de détournement d'images les plus connues, jusqu'au procès lapidaire du couple Ceausescu : nous donnant à assister à l'une des plus grandes instrumentalisation médiatique du XXème siècle.




Laura




(1) Présentation du séminaire Machines de perception autour de l'oeuvre de Harun Farocki, organisés en 2009 à Grenoble, sur le site de l'espace autogéré le "102" : 
Le dossier : http://www.le102.net/affiches/Machine-perception-dossier.pdf
Le programme : http://www.le102.net/affiches/Machines_perception_program.pdf

(2) Affaire sensibles, de Fabrice Drouelle, "Timisoara 1989, la révolution roumaine en direct", invité Marc Sémo, 10 Mars 2015 disponible jusqu'au 03/12/2017, sur le site de France Inter.

(3) Stoiciu, Gina, Comment comprendre l'Actualité : Communication et Mise en Scène, PUQ, 2006, p.127-128 (partiellement consultable sur le site google livre)

(4) Marc Sémo, Le faux charnier de Timisoara : l'histoire d'un dérapage médiatique, pp. 34-37, in Roumanie Vingt ans après : la "Révolution" revisitée dirigée par Catherine Durandin, diploweb.com [en ligne] :
http://www.diploweb.com/IMG/pdf/Roumanie_revolution_revisitee.pdf_.pdf

(5) Genoudet, Adrien, Virtualité de l'histoire dans Vidéogrammes d'une révolution de Harun Farocki et Andrej Ujica [en ligne] : http://culturevisuelle.org/fovea/archives/754

(6) Site de Harun Farocki : http://www.farocki-film.de/

(7) Malheureusement, ne parlant pas roumain je n'ai pas saisi le débat critique qui s'en est suivi. (Institut Culturel Roumain, 25 janvier 2010)


Vidéographie :

Extrait n°1
http://www.cataloguenational.fr/fr/_modules/module_catalog/notice/view.html?&notice=987


Film version allemande avec sous-titres espagnols





Version anglaise / roumaine (sans sous-titres) 




Iconographie : 
photo montage de L. G., Institut culturel Roumain à Bucarest, 2010.




Pour plus d'informations : 



Je vous invite à lire cette Analyse rédigée par Adrien Genoudet "Virtualité de l'histoire dans Vidéogrammes d'une révolution de Harun Farocki et Andrej Ujica" qui nous montre au cours de sa reflexion, à partir de quelques exemples que ce film est une réflexion sur l'écriture de l'histoire du XXème siècle.


Présentation de la trilogie de Andrei Ujica, In site internet de France Culture [en ligne] :
http://www.franceculture.fr/evenement-andrei-ujica-la-trilogie.html


Rigaux, Marianne, "La révolution roumaine sous l'oeil des médias", In le site de l'Express, le 18 décembre 2009 [en ligne] :
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/la-revolution-roumaine-sous-l-oeil-des-medias_836330.html


Affaire sensibles, de Fabrice Drouelle, "Timisoara 1989, la révolution roumaine en direct", invité Marc Sémo, 10 Mars 2015 disponible jusqu'au 03/12/2017.


Extrait du documentaire "Roumanie : une révolution dans l'oeil des médias"  (2009) de Antonio Wagner, sur le site de l'INA : http://www.ina.fr/video/CPD09007592


Radu Portocala, ci dessous ses ouvrages et une intervention sur le plateau de Michel Field sur Historiquement Show : 
Autopsie d'un coup d'état roumain, Calmann Levy, 1994 
L'Execution des Ceausescu, Larousse edition, 2009

Historiquement Show (2009, sur la chaine Histoire)